gallery/logo3

Le projet était un peu fou : un musée d'art dans une ville certes pittoresque mais de taille modeste. Cependant, Pierre Palué était enthousiaste et débordait d'idées : le lieu était original, chargé d'histoire. Non seulement on pourrait exposer ses toiles mais aussi celles de ses amis de la Nouvelle École de Paris, on donnerait des conférences et on créerait une association des Amis du musée. Il avait surtout une alliée précieuse et passionnée, sa fille Marie qui après sa disparition en 2005 malgré les difficultés et les obstacles a décidé de pérenniser le musée et le nom de son père. 

 

Aujourd'hui, on peut dire que le pari est gagné : dix mille visiteurs franchissent tous les ans la porte de la Tour Courbis, grâce à l'apport des croisiéristes étrangers qui font escale à Tain et apprécient cette halte culturelle. Tous les ans, une nouvelle exposition est montrée avec l'appui des Amis du musée et le soutien de la Ville de Tain. Pierre Palué et la Nouvelle École de Paris demeurent connus et appréciés.

 

Parler du musée c'est aussi et d'abord rendre hommage à Pierre Palué dont les œuvres sont exposées au musée.

Musée Palué

Hommage à Pierre Palué

Quelles sont les raisons de ce succès ?

 

D'abord, la qualité des œuvres de Pierre Palué et de ses amis de la Nouvelle École de Paris, certes. Mais combien de peintres, malgré leur grand talent, reposent oubliés dans les resserres de musées ?

Son succès, le musée Palué le doit ensuite à la qualité du lieu qui l'accueille : la tour Courbis du XVIe à fenêtres à meneaux et escalier de pierre en colimaçon, à quelques pas du Rhône et du quai de débarquement des bateaux.

 

Il le doit enfin à l'apport régulier des bateaux de croisière de plus en plus nombreux sur le Rhône, qui font escale à Tain. Anglais, Américains, Canadiens, apprécient ce « lieu de caractère  », « cet espace intime » où ils sont accueillis à bras ouverts.

 

La qualité des expositions annuelles contribue aussi au succès. Se sont ainsi succédé : Pierre Palué, Monier de la Sizerane, Marcel Roche et Claude Breton, Jean Couty, Bierge et Marandet, la riche collection de Jean-Louis Bernezat, Maurice Savin, Cottavoz, Garbell, Lhote, Fusaro, Lauran et Truphémus. Cette année le musée, pour un coup d'éclat, avait fait appel à des collectionneurs privés ainsi qu'aux meilleurs musées de France : Paris, Grenoble, Saint-Étienne, Toulon, Valence afin qu'ils prêtent des toiles de Palué, quasi inconnues. 

 

Lettres & arts

Lettres & arts par Jacques Delatour, Études drômoises décembre 2015 

 

Enfin « last but not least », comme diraient les croisiéristes anglo-saxons, le succès du musée repose sur l'énergie et l'inventivité de Marie Palué qui s'est donné pour buts la sauvegarde et la valorisation de l'œuvre de son père. Sans elle le musée n'existerait pas. Elle est aidée dans cette tâche par l'Association des Amis de Pierre Palué qui gère le musée, veille à l'entretien et à l'amélioration des locaux, ainsi qu'au respect des réglements en vigueur.

 

Les Études drômoises ont été associées dès le début au musée. C'est à elles que Pierre Palué a confié la réalisation de ses brochures : Les peintres de Mirmande, Savin, Marines

 

Enfin « last but not least », comme diraient les croisiéristes anglo-saxons, le succès du musée repose sur l'énergie et l'inventivité de Marie Palué qui s'est donné pour buts la sauvegarde et la valorisation de l'œuvre de son père. Sans elle le musée n'existerait pas. Elle est aidée dans cette tâche par l'Association des Amis de Pierre Palué qui gère le musée, veille à l'entretien et à l'amélioration des locaux, ainsi qu'au respect des réglements en vigueur.

 

Portrait de Marie, huile  55 x 38, 1971 

Et c'est grâce à lui que les Études Drômoises ont développé une chronique Arts et publié plusieurs brochures d'artistes drômois : Pierre Palué, Monier de la Sizeranne, Toros, Tardy, une formule qui a connu le succès et a été reprise par d'autres artistes : Pierrette Dumonteil, Pierre Vincent Innocente et Jean-Paul Ravit. 


En quinze ans, le musée Palué est devenu un lieu incontournable du patrimoine et de la vie culturelle drômoise.

Grand paysage avec coquelicots, huile 130 x 195, 1993 collection particulières, ND.

gallery/tableaux
gallery/p.palué.
gallery/15 ans musée (10)
gallery/fondu photo
gallery/études drômoises
www.000webhost.com